UE-Chine: Marielle de Sarnez demande «une stratégie nouvelle».

Intervenant en session plénière du Parlement européen, réuni à Strasbourg, lors d’un débat sur les relations entre l’Union européenne et la République populaire de Chine, Marielle de Sarnez, vice-Présidente du MoDem, a demandé à la Commission européenne «de définir une stratégie nouvelle».

La présidente de la délégation MoDem au sein du Parlement européen a proposé trois directions dans son intervention :

«Premièrement, nous avons besoin, comme le président du Conseil l’a dit, de réciprocité. Un exemple : les entreprises chinoises ne peuvent continuer à s’installer chez nous alors que nos entreprises sont interdites d’accès à leurs  marchés publics. Il faut choisir. J’attends donc des mesures qui vont dans ce sens-là.»

«Deuxièmement, l’Union ne peut plus accepter plus longtemps sans réagir le dumping social, sanitaire, environnemental qui est responsable directement de trop nombreuses délocalisations de notre territoire européen. Les coûts dérisoires de main-d’œuvre ou les conditions de travail déplorables ne doivent plus être considérés par la Commission comme des «avantages compétitifs naturels». Sur ce point, je demande vigoureusement, Monsieur le Commissaire, un changement de doctrine de la Commission.»

«Troisièmement enfin, nous ne pouvons plus faire l’impasse sur la question des droits de l’Homme. Et le soutien ostensible, par exemple, de Pékin à l’Iran, à la Corée du Nord ou à la Birmanie, pose évidemment problème. L’objectif de l’Union européenne a toujours été de favoriser l’émergence de la démocratie, de démocraties. Sur cette question, là encore, nous ne devons rien céder», a conclu Marielle de Sarnez.

Retrouvez l’intervention de Marielle de Sarnez en vidéo.

Retrouvez toutes les lettres d’information de Marielle de Sarnez, députée européenne d’Ile de France et présidente de la délégation du Mouvement Démocrate au Parlement européen.
Inscrivez-vous à la newsletter !

 

Lettre d'information n° 63 - octobre 2016

Edito

L’annulation par le gouvernement eurosceptique polonais de la commande d’une cinquantaine d’hélicoptères de transport militaire Caracal d’Airbus au profit du Black Hawk de Lockeed Martin est un coup dur porté à la défense européenne, au développement de laquelle Varsovie semblait pourtant vouloir participer. Au-delà de la faute que représente le renoncement à la parole donnée, […]

Lire la suite