Les principaux partis français ne mesurent pas l’exigence d’une vision européenne

pde mdsInterrogée par 20 Minutes, Marielle de Sarnez déplore « le manque de considération » des partis français pour le Parlement européen, qui fait « perdre à la France une influence considérable ».

« Les partis politiques font mal les listes. Pour eux, c’est une élection secondaire, qui n’a pas d’importance. Ils ne mesurent pas l’importance pour la France d’avoir une vision européenne. Ni le gouvernement, ni les principaux partis politiques français ne mesurent l’exigence d’une réflexion sur une vision européenne. Ce n’est pas une échéance pour parler d’Europe et construire une vision, c’est une échéance pour recaser leurs battus. Ce n’est pas une manière de servir l’Europe », déplore Marielle de Sarnez.

Pour l’eurodéputée, « la France y perd une influence considérable, elle perd un pouvoir d’influence ». « Et dans le même temps, le premier bouc-emissaire dans le débat politique français est toujours Bruxelles. Or, pas une décision n’est prise à Bruxelles sans que le président de la République n’ait donné son accord », pointe-t-elle.

« On devrait avoir un vrai débat : quelle Europe pour demain? Quelle vision européenne de la France ? Comment Bruxelles doit se réformer ? On ne mesure pas à quel point c’est capital, surtout lorsqu’il y a une montée de l’euroscepticisme, comme dans tous les pays européens actuellement », analyse la vice-présidente du MoDem.

« Il y a aussi une différence de culture importante entre le Parlement français et le Parlement européen. À Strasbourg et à Bruxelles, on a un débat démocratique. On met de côté nos sensibilités partisanes au profit de l’intérêt général. La culture européenne, c’est de trouver des consensus sur les choses essentielles. Et c’est réellement ce qui manque à la France », estime-t-elle.

Retrouvez toutes les lettres d’information de Marielle de Sarnez, députée européenne d’Ile de France et présidente de la délégation du Mouvement Démocrate au Parlement européen.
Inscrivez-vous à la newsletter !

 

Lettre d'information n° 63 - octobre 2016

Edito

L’annulation par le gouvernement eurosceptique polonais de la commande d’une cinquantaine d’hélicoptères de transport militaire Caracal d’Airbus au profit du Black Hawk de Lockeed Martin est un coup dur porté à la défense européenne, au développement de laquelle Varsovie semblait pourtant vouloir participer. Au-delà de la faute que représente le renoncement à la parole donnée, […]

Lire la suite